Dimanche

<div id="div_widget_meteo_paris"><!-- Widget2 Meteo copyright 2013 - Modification et reproduction interdite --><span id="lien_widget_meteo_paris" style="display:block;height:0"><a href="http://www.meteo-chamrousse.com">M&eacute;t&eacute;o chamrousse</a></span><script type="text/javascript" src="http:⁄⁄www.meteo-chamrousse.com/widget3/loader/4/21/000000/version2/0b0f4c/zzzzzz/000/000/000/1/1__1__0__0"></script></div>

Partager sur Facebook

 

Prévisions météo réalisées

par Guillaume Séchet

Météorologiste et présentateur météo à

Ca s’est passé un 26 oct !

L'Almanach météo du 26 oct L'Année de votre naissance
Météo pour une autre ville :

Météo en temps réel


Vos observations en direct

La Croix
Roche B
Webcam de chamrousse - Roche Béranger
webcam 
Ajouter votre webcam
Toutes les webcams

Suivi des précipitations
Secteur : Chamrousse
Toutes les cartes de précipitations


Suivi des températures
Secteur : Chamrousse
Températures Chamrousse
Ajouter votre station météo
Tous les graphiques Autres stations météo

Suivi des températures
Secteur : France
Toutes les cartes des observations météo

Suivi des nuages
Secteur : Europe



Principaux aléas climatiques observés en France

Pour plus de renseignements, vous pouvez acheter le livre «Quel temps ! - chronique de la météo de 1900 à nos jours » Éditions Hermé – Auteur : Guillaume Séchet - Il s’agit d’une chronique abondamment illustrée répertoriant les principaux événements météo année par année, en France depuis 1900. Si vous avez des documents sur des évènements climatiques et que vous voulez les publier dans cette rubrique, n’hésitez pas à me contacter. Merci beaucoup.

D'une façon générale, en octobre

 

PhénomènesCommentaires

Canicules

Si le terme "canicule" est assez flou et variable en fonction des régions, il suppose la persistance de températures très élevées, y compris la nuit. En octobre, même si l'on peut encore exceptionnellement dépasser les 30º sur pratiquement toute la moitié sud de la France au début du mois, il ne faut pas oublier que les journées sont plus courtes et que le soleil est moins puissant. Pour une même température à l'ombre, la température au soleil est moins élevée en octobre qu'au coeur de l'été. La seule région où des situations de canicule peuvent être encore observées est la Corse. Par effet de foehn (Sirocco local), l'atmosphère peut devenir étouffante, y compris en pleine nuit. Ce type de situation ne se rencontre qu'en première partie de mois.

Sécheresses

Les conséquences de la persistance d'une longue période de temps sec ne sont plus les mêmes en octobre qu'en plein été car l'évaporation et l'évapotranspiration (eau utilisée par la végétation) ne sont plus aussi élevées. Il n'empèche que si cette période de temps très sec fait suite à un été déjà déficitaire, la sécheresse ne peut que s'aggraver. D'autant que les réserves ont déjà été entammées au cours de l'été (foin, eau...etc.).

Fortes pluies

Les épisodes de pluies diluviennes sont très fréquents dans les régions méditerranéennes mais pas seulement. Les perturbations circulant plus facilement qu'en septembre (notamment à la fin du mois), elles sont aussi plus actives. Les situations capables d'occasionner d'importants cumuls sont observées lorsqu'une perturbation très active stationne sur une même région. Ceci est notamment observé sur la moitié sud car les reliefs y sont plus nombreux. L'influence des eaux encore chaudes de la Méditerranée joue également un rôle non négligeable. Les cumuls les plus importants observés en France, l'ont justement été en octobre. Le 17 octobre 1940, il tombe près de 1000 mm en 24h dans les Pyrénnées orientales (consulter la météo depuis 1850 ou l'almanach illustré). Sans atteindre ces valeurs, il est assez fréquent de relever plus de 100 mm en 24h en montagne et dans les plaines méditerranéennes, et entre 50 et 100 mm en 24h sur les autres régions.

Inondations

Les inondations "éclairs" liées à de brusques et intenses précipitations sont bien entendu fréquentes sur les régions méditerranéennes. Octobre est même le mois où ce type de phénoméne est le plus courant, dans le sud-est. En revanche, les inondations par étalement (lente montée des cours d'eau et inondations de vastes surfaces) sont encore assez rares car les nappes souterraines ont généralement été asséchées par l'évaporation estivale. On peut citer les débordements de la Seine et de la Loire de la fin septembre et du début du mois d'octbre 1866 ou les inondations généralisées dans le Limousin et plus généralement tout l'ouest du pays au cours du mois d'octobre 1960 (consulter la météo depuis 1850 ou l'almanach illustré).

Orages

En raison d'un temps plus frais, la fréquence des orages continue de diminuer, sauf près de la Méditerranée où, au contraire, le constraste entre les eaux "chaudes" et les premières descentes d'air "froid" provoque des situations "explosives". Des perturbations très actives peuvent en effet se former dans cette zone, occasionnant des orages parfois violents. Paradoxallement, les régions méditerranéennes sont plus fréquemment touchées par les orages en cette saison qu'en été. La Corse est sans doute la plus exposée.

Grêle

Le phénomène est souvent lié aux orages. Il est donc généralement plus rare qu'en été, sauf près de la Méditerrannée. Notez qu'à la fin du mois, les descentes d'air maritime polaire peuvent être suffisamment puissantes pour créer une forte instabilité et des averses de grêle et exceptionnellement de grésil notamment sur le nord de la France.

Tornades

Si le phénoméne reste exceptionnel, il peut être observé un peu partout, notamment en début de mois. Au regard des statistiques assez restreintes dans ce domaine, il semble que le pourtour méditerranéen soit plus affecté que les autres régions; du moins en cette saison.

Tempêtes

Elles deviennent de plus en plus fréquentes et peuvent être très violentes notamment vers la fin du mois. Avec les pluies diluviennes dans les régions méditerranéennes, il s'agit de l'aléas climatique le plus courant, en cette saison. On peut citer l'exemple de la tempête de la nuit du 15 au 16 octobre 1987 en Bretagne où les vents avaient dépassé 200 km/h (consulter la météo depuis 1850 ou l'almanach illustré).

Fraîcheur

Octobre est le mois de l'année où la moyenne des températures descend le plus rapidement du début à la fin. En plaine, lorsque les brouillards persistent toute la journée, les températures maximales peuvent descendre en dessous de 5º sur les régions continentales, dés la première partie du mois, et sur les trois-quarts de la France à la fin du mois. Les gelées permanentes sont extrêmement rares mais pas impossibles comme par exemple à la fin octobre 1985.

Douceur

Les 20º peuvent être partout dépassés jusqu'à la fin du mois. En revanche, les 30º ne peuvent être atteints qu'au début du mois, comme en 1985 (consulter la météo depuis 1850 ou l'almanach illustré).

Grand froid

Le terme "grand froid" est assez vague. Dans nos régions, on l'emploi généralement lorsqu'il n'y a pas de dégel et que les vents sont soutenus. Ces situations sont pratiquement impossibles en octobre (du moins en plaine). En revanche, les invasion d'air polaire continental qui se produisent à la fin du mois peuvent déjà donner une sensation de froid hivernal.

Gelées

Elles sont possibles dés le début du mois mais le risque est bien entendu de plus en plus fréquent au fil des jours. Les régions littorales sont rarement affectées. Les températures minimales absolues observées en octobre sont de l'ordre de de -5 à -10º sur le continent et 0 à -2º sur le littoral (ces valeurs ne sont possibles qu'à la fin du mois).

Neige

En plaine et en-dehors du littoral méditerranéen, la neige peut apparaître à partir de la troisième semaine du mois comme par exemple en 1922, 1926, 1941, 1966 ou 1981. Cette neige tient exceptionnellement au sol. La chute de neige la plus précoce se situerait aux alentours du 10 octobre, comme ce fut le cas sur les régions du nord-est, en 1975 (consulter la météo depuis 1850 ou l'almanach illustré).

Pluies verglaçantes

Ce phénoméne aurait déjà été signalé sur les régions les plus continentales du nord-est, à la fin du mois.

Avalanches

Compte tenu de la couche nivale encore faible en cette saison, les avalanches restent très rares, voir quasiment impossibles en moyenne montagne. Elles sont possibles en haute montagne, notamment lors d'un épisode de très fortes précipitations suivi d'un redoux.

Autres mois : janvier, février, mars, avril, mai, juin, juillet, août, septembre, octobre, novembre, décembre.




 




Google